Réflexions après mon deuxième semi-marathon à Barcelone

Dos

Dimanche 14 février, j’ai couru mon deuxième semi-marathon, juste un mois après celui de Sitges, le 10 janvier.

L’ambiance de Barcelone n’avait rien à voir puisque nous étions plus de 15 000 inscrits contre 3 000 à Sitges. Une autre différence importante : dû à la présence de nombreux participants français, anglais ou italiens, l’animatrice traduisait ce qu’elle disait dans ces langues. Courir est un loisir chaque fois plus populaire et participer à des courses, en général des semi ou des marathons, est l’excuse parfaite pour visiter d’autres villes en compagnie d’amis ou de la famille.

De mon côté, comme je vous ai dit dans mon post sur le semi-marathon de Sitges, il y a un an je n’aurais jamais pensé participer à cet événement. Mais comme je suis contente de l’avoir fait ! Courir dans ma ville d’adoption que j’aime tant m’a remplie de Bien-être. Et en plus, il a fait un temps magnifique !

compis

Avec Pati et Begoña, les super animatrices !

Je n’aurais jamais pensé non plus que les encouragements de mes collègues du Nike Run Club Barcelona pourraient me donner tant d’énergie. La veille de la course, mon téléphone était plein de messages. Mais ce qui m’a fait le plus vibrer a été de voir que le jour du semi-marathon, au km 20, nous (c’est à dire les membres du NRC Barcelona qui participions à cette course) étions attendus par 3 collègues “armés” de haut-parleur, téléphone et appareil-photo avec un seul objectif : nous encourager. Quand ils m’ont vue, ils se sont mis à courir à mes côtés, photographiant et filmant le moment, tandis que dans le haut-parleur résonnaient des phrases pour rendre le dernier km plus facile. Leurs sourires, leurs paroles et les voir courir avec moi m’a fait plus d’effet que n’importe quel gel énergétique que j’aurais pu prendre. Enfin, c’est ce que je crois puisque je n’en ai jamais pris. 😉 Cela m’a permis de faire un sprint que je n’aurais jamais pensé faire. J’avais la sensation de voler !

Et pour finir, une autre chose à laquelle je n’aurais jamais pensé, c’est que OUI le chrono est important pour MOI.

Faire un premier semi-marathon est « facile » puisque, n’ayant pas de référence, n’importe quel temps est un bon temps. Par contre, pour un deuxième, on croit qu’on va faire mieux puisqu’on a de « l’expérience ». Et ça n’a pas été mon cas. 😦 J’ai fait le même temps qu’à Sitges.
Je dois reconnaitre que je me suis sentie déçue. Surtout parce que tout le monde dit que le semi-marathon de Barcelone est facile et idéal pour faire un bon temps.

Après avoir analysé ma course avec ♥ Monchermari ♥, je suis arrivée à la conclusion que :

• J’ai été trop confiante. Il n’y a pas de semi-marathon « facile ».

• Faire 2 semi-marathons si rapprochés, ce n’est pas le mieux.

• Au début, je suis allée sous le rythme que je m’étais marquée et je n’ai pas suffisamment forcée, ou même pas du tout, dans la 2ème partie. Comme je ne veux pas me fatiguer …

D’un autre côté, cette expérience m’a appris que l’important pour moi et ce que je veux vraiment, c’est améliorer MON temps. Je ne cours pour gagner personne. Je veux me comparer à moi-même et à partir de là, améliorer.

Je n’aurais jamais cru  que le running serait une source d’auto connaissance, en plus de m’offrir des moments de Bien-être. 😉

médaille

Finisher avec médaille !

 

Publicités
Cet article, publié dans Bouger, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Réflexions après mon deuxième semi-marathon à Barcelone

  1. letizia dit :

    tu assures, bravo!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s